Encabezadoblanco


PortadaLecentredelaflamme

TÉLÉCHARGER LES PREMIÈRES PAGES DU LIVRE


Edición Impresa, 81 pág.: 13,90 €
Gastos de envío no incluidos - Sólo Península y Baleares
Entrega de 2 a 7 días

Edición Digital: 5,99 €












    COLLECTION:


    L'AMOUR



POÉSIE



COMPTE-RENDU du écrivain ANTONIO TELLO:


Toute poésie est la représentation d'un univers particulier qui, en esence, traduit la vérité de l'être et les péripéties de l'âme humaine. Cette poésie, en trascendant toute forme, même celle qui impose le vers, détermine que toute écriture en vers n'est toujours de la poésie et, par conséquent, que tous ceux qui écrivent en vers ne sont toujours des poètes. Raquel Delgado en est. Elle est une tendre poétesse que, dans Le centre de la flamme, compose l'ébauche d'un monde dans lequel les sensations, les émotions et tout ce qui concerne aux vibrations de la vie est aperçu à travers d'un regard qui s'arrache dans les cadences d'une langue extraterritoriale; une langue qui se soutient en des traditions culturelles melangées avec du naturel et de l'efficacité dans les unités poétiques qui constituent le poème, ce qui compose tout le livre. Pendant quelques décennies du XXème siècle, la poésie, en particulier la poésie espagnole, a succombé aux tendances réalistes qui ont condamné la métaphore et ont adopté des ressources mécaniciennes pour lui donner des tons pseudopoétiques à une écriture dont ses caractéristiques niaient l'expression poétique. Ce n'est pas est le cas de la poésie de Raquel Delgado. Une poésie soutenue dans une belle métaphore -la flamme- qui brûle, se développe et se perd dans l'air, après éclaircir les coeurs avec la lumière de l'espoir. La lecture de “Le centre de la flamme” constitue une expérience gratifiante pour l'esprit et un motif pour saluer à Raquel Delgado comme une poétesse de talent qui préfigure une oeuvre de long parcours et, je souhaite ferventement, perdurable. Ne pas la lire serait rester sans sa chaleur.

En plus, maintenant, nous avons la splendide occasion de la lire aussi en français, de la main d'une autre jeune poétesse, Isabel Álvarez.

FRAGMENT:

NUITS

Il y a des nuits stupides comme celle-ci

où les souvenirs se tordent
s‘évanouissent en noir et blanc
pendant que les ombres d'autrui rassemblent
mon cosmos

il y a quelques nuits stupides comme celle-ci
où le silence fait taire ma gorge sèche
érode ma voix cassée

il y a de nuits où tout est éphémère
où tout perd son sens
où personne ne dort parce que personne n’existe

il y a des nuits
où j’oublie
pour resurgir de ces cendres
qui embrume tout de gris.